Dressage : quelques notions

Les ordres doivent être donnés à voix haute et intelligible, sans crier, toujours de la même manière, l’accent tonique insistant tou- jours sur la même syllabe : « De-bout », ( temps fort sur BOUT). Le chien étant habitué à porter un collier, il importe en premier lieu de lui inculquer « la marche au pied »

Placez toujours le chien en laisse à votre gauche, à l’arrêt, il s’assied en général automatiquement. Maintenez-le assis à hauteur de vos genoux, puis en avançant progressivement et en tirant légèrement sur la laisse, vous commanderez : « Au pied » en ayant soin, par de courtes saccades sur la laisse, et en répétant : « Au pied », de le maintenir près de vous.

En principe, il ne faut pas marcher trop longtemps, mais entrecouper la marche d’arrêts, pour repartir soit en accélérant, soit en ralentissant l’allure ; à chaque fois que vous vous arrêtez, faites-le asseoir à vos côtés. Ne terminez jamais la leçon par un échec, et récompensez votre chien si l’exercice a été bien exécuté.

Cette marche au pied doit, à la longue, être parfaitement comprise et exécutée avant d’aborder un autre exercice qui sera la « suite sans laisse », enseigné de la même façon que la marche au pied

L’assis

Le chien tenu en laisse doit être à votre gauche ; prononcez le commandement « Assis » et en même temps, tout en maintenant le train antérieur dans la position normale du chien debout, faites pression sur la région dorso-lombaire pour faire fléchir les membres postérieurs ; le commandement « Assis » joint à l’action crée rapidement l’automatisme car c’est une position que le chien adopte naturellement.

Le debout

Le chien étant dans la position de  » Assis » il suffit de le faire basculer en avant en tirant d’une main sur le collier et en soulevant l’arrière-main en plaçant la main sous le ventre, tout en prononçant le commandement « Debout ».

Le « pas bouger »

Le chien étant dans la position « Assis » ou « Couché », il doit conserver cette position même si le maître s’éloigne ; répétez cet exercice en commandant « Pas bouger » jusqu’à ce qu’il comprenne qu’il doit rester immobile, après quoi vous pourrez vous éloigner de plus en plus loin, et même lorsque vous vous serez éloigné longuement, disparaître de sa vue sans qu’il quitte la position imposée.

Le rappel au pied

Remplacez la laisse par une corde d’une dizaine de mètres, laissez le chien s’éloigner et au moment où il arrive au bout de la corde, commandez-lui énergiquement « Au pied » ; s’il n’obéit pas, ramenez-le vers vous par des coups brefs et successifs, jusqu’à ce qu’ il effectue l’exercice de lui-même.

Ces exercices constituent ce que l’on désigne d’ordinaire par exercices d’assouplissement » mais à partir de ce moment, les personnes intéressées auront tout avantage non seulement à suivre les conseils d’un bon maître de dressage, mais à se mettre en relation avec des personnes fréquentant les terrains de dressage. Des clubs de dressage existent à peu près dans toutes les villes, même de petite importance.

Là, sur le terrain de dressage, en côtoyant des amateurs compétents, vous pourrez obtenir tous les renseignements et toutes les indications pour vous diriger dans la bonne voie.

Mais n’oubliez jamais que s’il est nécessaire d’être doux avec son chien, il ne faut jamais craindre d’élever la voix pour se faire obéir lorsque cela est utile.  Tout exercice bien exécuté devra immédiatement être suivi d’une récompense (gâterie ou simple caresse) mais la faute, même si elle ne mérite pas une réprimande ou un châtiment sévère, ne doit jamais être amnistiée car l’espoir de l’impunité ou du sursis engendre le méfait.

Il ne faut, enfin, pas oublier que l’origine pastorale des chiens de berger a déterminé des souches dans lesquelles les qualités de ces chiens pour la garde et la défense sont certainement très reconnaissables.